Route Suisse 2018
Rencontre internationale du cheval de trait

L'histoire des « Routes »

Les « Routes », un des piliers de la promotion des chevaux de trait

En 1991, les Haras Nationaux français ont lancé la « Route du Poisson » comme évènement bisannuel ayant pour principal objectif la sauvegarde des chevaux de trait. En prenant, dès 1993, une dimension européenne par la participation d’équipes venant de Belgique, d’Allemagne, de Suisse et de Grande-Bretagne, cette « Route du Poisson » est devenue au fil des éditions un rendez-vous incontournable. Depuis sa création, la « Route du Poisson » a eu lieu 10 fois. Dès lors, d’autres manifestations dédiées aux chevaux de trait ont vu le jour et contribué à cette dynamique :

  • 1996 et 2006, la « Route des Vins et du Comté » en Franche-Comté (Levier, F)
  • 2004 et 2007, les « 24 Heures du Trait attelé » en Belgique(Libramont, B)
  • 2009, la « Route des Vignobles de Bourgogne » à Cluny (F)
  • 2010, « Franche-Comté Terre de Traits 2010 » à Levier (F),manifestation prenant le relais de la « Route  des Vins et duComté » (1996 et 2006)
  • 2011, « Route Suisse » à Saignelégier (CH)
  • 2013 et 2017, « Route du Luxembourg Belge » à Libramont (B)
  • 2016, « TraitComt’Est » Magny-Cours, à Nevers (F)


Les principaux objectifs de ces manifestations sont les suivants :

  • Contribuer à la sauvegarde et à la conservation des chevaux de trait.
  • Mettre en évidence les multiples possibilités d’utilisation du cheval de trait au 3ème millénaire.
  • Montrer la polyvalence du cheval de trait (utilitaire, sport, loisir).
  • Communiquer avec le public et les décideurs politiques.


Impacts et enjeux

Les retombées de ces efforts sur les vingt-cinq dernières années ne sont pas négligeables. Premièrement, ces manifestations contribuent à maintenir, développer et ainsi pérenniser l’élevage des races de trait en Europe. Ensuite, elles favorisent la diversification de l’utilisation du cheval de trait – que ce soit dans les contextes de sport, loisir, spectacle ou thérapie équestre. Jusque-là, ces efforts ont aussi permis l’introduction du cheval de trait dans un grand nombre de villes françaises, pour des utilisations aussi diverses que le transport de personnes, l’entretien des espaces publics, le ramassage de déchets verts et bien d’autres encore. Si pour les milieux d’élevage et d’utilisateurs du cheval de trait ces différentes manifestations ont répondu aux attentes (échanges, sauvegarde des races, etc.), il reste encore un grand potentiel à exploiter. La répétition de ces manifestations à travers le temps a mené à la création d’un réseau informel des acteurs du cheval de trait sur le plan européen. Ce réseau de personnes et de manifestations présente le potentiel d’une plateforme  d’échanges au service d’actions de développement plus vastes et contribuant à pérenniser l’utilisation du cheval de trait dans des secteurs très spécifiques tels que la viticulture, le maraîchage, le débardage sur des sols sensibles en forêt et l’entretien de milieux naturels.